Derniers sujets
» Les Outils et accessoires Amazigh antique
par aichato Jeu 28 Jan - 2:58

» Souss com interpelations
par aichato Sam 19 Déc - 10:29

» Sos TIFNIT COTE ATLANTIQUE EN DANGER
par ibnfernass Jeu 26 Nov - 11:30

» الجرائم المرتكبة بإسم الإسلام
par cydrogene Mer 8 Avr - 9:54

» Yabiladi com News
par cydrogene Jeu 19 Mar - 8:14

» Operation Yabiladi sur le web
par cydrogene Lun 12 Jan - 10:57

» Le ''J'accuse'' officiel de الميموني
par aichato Dim 7 Déc - 3:06

» تفنيت الشاطي من الجو ... رائع ''الميموني'' Tifnit from de Air by Mimouni
par ميموني Dim 14 Sep - 2:54

» Interview de Mimouni analyste politique Chtouka presse
par cydrogene Dim 3 Aoû - 11:37

» Links to Morocco equivalent Links to Mimouni maroc
par Admin Sam 26 Oct - 6:35

» http://mimouni.marocs.net/rss
par Admin Sam 26 Oct - 6:31

» Sitemap Mimouni Maroc
par Admin Sam 26 Oct - 6:24

» Mimouni the golden links to cultural topics
par Admin Ven 25 Oct - 2:04

» La tragédie des Musulmans en pays de Bouda a Borma
par Admin Mar 1 Oct - 11:20

» Reseau Souss exprime sa honte et douleur face aux terroristes Arabes
par ouchen2 Mer 21 Aoû - 7:14

» Sidi Bibi la Commune
par ouchen2 Lun 19 Aoû - 10:38

» Le detroit de Gibraltar: un volcan en hibernation
par ميموني Mar 13 Aoû - 5:44

» تجديد شبكة سوس متواصل Reseau Souss upgrade
par cydrogene Mer 7 Aoû - 7:43

» Video Tifnit Ouled Mimoun
par ouchen2 Mer 24 Juil - 8:10

» Identifier intrus et inconnus appelant
par Admin Lun 1 Juil - 11:43


Algerie: crime contre les peuples

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Algerie: crime contre les peuples

Message par ouchen le Dim 28 Nov - 2:54

1000 algeriens refugiés a l'etranger
500.000 prisonniers
20.OOO enlevés disparus
200.000 morts
c'est le constat triste et deplorable

et l'on se permet de donner des leçons aux marocains!



Dernière édition par ouchen le Dim 28 Nov - 2:57, édité 1 fois

ouchen

Messages : 62
Points : 92
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/10/2010
Age : 47

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algerie: crime contre les peuples

Message par ouchen le Dim 28 Nov - 2:56

ouchen a écrit:1000 algeriens refugiés a l'etranger
500.000 prisonniers
20.OOO enlevés disparus
200.000 morts
c'est le constat triste et deplorable



علي بلحاج: النظام الجزائري تسبب في فظائع بحق شعبه ولا يحق له إعطاء الدروس للمغرب


28/11/2010


17 ألف منفي ونصف مليون معتقل و20 ألف مختطف و 200 ألف قتيل على يد الجيش الجزائري... هي كلفة «سنوات الدم» حسب بلحاج

وجه الزعيم الإسلامي علي بلحاج، الرجل الثاني في الجبهة الإسلامية للإنقاذ في الجزائر، انتقادات لاذعة إلى النظام الجزائري في الذكرى 11
لاغتيال الراحل عبد القادر حشاني، حيث ذكر في بيان مطول تحاشت الصحف الجزائرية نشره، أن انقلاب الجيش الجزائري على الإرادة الشعبية في سنة 1992 تمخض عنه نفي 17 ألف جزائري إلى الصحراء، واعتقال نصف مليون، واختطاف 20 ألفا لازال مصيرهم مجهولا إلى اليوم، واغتيال 200 ألف من الأبرياء من غير المسلحين، مضيفا أن كلفة سنوات الدم تمخض عنها 30 ألف أرملة ومليونا من اليتامى من أبناء الشعب الجزائري.
وقال علي بلحاج بنبرة خاصة إن عدد أيتام عشرية الدم في الجزائر يفوق ثلاث مرات سكان الصحراء المغربية، متسائلا بقوله: «هل النظام الذي تسبب في كل هذه الفظائع بحق شعبه له الحق أن يعطي دروسا للآخرين في احترام حقوق الشعوب المشروعة ؟»، مضيفا أن على ممثل الجزائر في الأمم المتحدة قبل أن يدعو من جنيف السويسرية إلى فتح تحقيق في وضعية حقوق الإنسان في الصحراء المغربية، أن يطالب بالأحرى الأمم المتحدة بـ«التحقيق في جرائم النظام الجزائري».
وبخصوص الأحداث المؤلمة التي عرفتها مدينة العيون مؤخرا، علق علي بلحاج عليها بقوله:«إن ما حدث في العيون عند المقارنة مع ما حدث في الجزائر يكاد أن يكون نقطة سوداء في جلد ثور أبيض»، قبل أن يوجه كلامه إلى فاروق قسنطيني، رئيس الهيئة الاستشارية الجزائرية لحقوق الإنسان، الذي يدعو المنظمات الدولية إلى كشف تجاوزات المغرب في مجال حقوق الإنسان فوق الصحراء: «لماذا لا يطالب هذه المنظمات بالتحقيق فيما جرى بالجزائر منذ الانقلاب على اختيارات الشعب ؟».
وجه الزعيم الإسلامي علي بلحاج، الرجل الثاني في الجبهة الإسلامية للإنقاذ في الجزائر، انتقادات لاذعة إلى النظام الجزائري في الذكرى 11 لاغتيال الراحل عبد القادر حشاني، حيث ذكر في بيان مطول تحاشت الصحف الجزائرية نشره، أن انقلاب الجيش الجزائري على الإرادة الشعبية في سنة 1992 تمخض عنه نفي 17 ألف جزائري إلى الصحراء، واعتقال نصف مليون، واختطاف 20 ألفا لازال مصيرهم مجهولا إلى اليوم، واغتيال 200 ألف من الأبرياء من غير المسلحين، مضيفا أن كلفة سنوات الدم تمخض عنها 30 ألف أرملة ومليونا من اليتامى من أبناء الشعب الجزائري.
وقال علي بلحاج بنبرة خاصة إن عدد أيتام عشرية الدم في الجزائر يفوق ثلاث مرات سكان الصحراء المغربية، متسائلا بقوله: «هل النظام الذي تسبب في كل هذه الفظائع بحق شعبه له الحق أن يعطي دروسا للآخرين في احترام حقوق الشعوب المشروعة ؟»، مضيفا أن على ممثل الجزائر في الأمم المتحدة قبل أن يدعو من جنيف السويسرية إلى فتح تحقيق في وضعية حقوق الإنسان في الصحراء المغربية، أن يطالب بالأحرى الأمم المتحدة بـ«التحقيق في جرائم النظام الجزائري».
وبخصوص الأحداث المؤلمة التي عرفتها مدينة العيون مؤخرا، علق علي بلحاج عليها بقوله:«إن ما حدث في العيون عند المقارنة مع ما حدث في الجزائر يكاد أن يكون نقطة سوداء في جلد ثور أبيض»، قبل أن يوجه كلامه إلى فاروق قسنطيني، رئيس الهيئة الاستشارية الجزائرية لحقوق الإنسان، الذي يدعو المنظمات الدولية إلى كشف تجاوزات المغرب في مجال حقوق الإنسان فوق الصحراء: «لماذا لا يطالب هذه المنظمات بالتحقيق فيما جرى بالجزائر منذ الانقلاب على اختيارات الشعب ؟».
وتساءل الشيخ علي بلحاج بخصوص من يقولون اليوم في الجزائر إن ما وقع في العيون «كارثة إنسانية» لماذا سكتوا عما يحدث في أفغانستان وباكستان وفلسطين و العراق، قبل أن يضيف: «إذا كانوا يقولون إن ما وقع في العيون هو «إبادة جماعية» لماذا لا يكشفون عن المقابر الجماعية التي خصصها النظام الجزائري لأزيد من 17 ألف مختطف، وإذا كانت أحداث العيون بنظرهم «جريمة ضد الإنسانية»، فماذا نقول عما فعله جنرالات الانقلاب العسكري في الجزائر من محرقة إنسانية ذهب ضحيتها مئات الآلاف، وهي محرقة ليس لها نظير في سائر الدول العربية والإسلامية منذ قرون».
إلى ذلك، استغرب الشيخ علي بلحاج من الازدواجية في التصعيد والمهادنة الذي تتقاسمها أطراف في النظام الجزائري مع المغرب بين لهجة أحزاب النظام وصحافته وأعمدته وبين الرسالة الأخيرة التي بعثها الرئيس الجزائري إلى الملك محمد السادس بمناسبة عيد الاستقلال. وقال بهذا الخصوص:»و يبقى الناس في حيرة بين رسائل الرئيس(بوتفليقة) العاطفية الطافحة بالحب والدعاء، وحملات الشحن والتصعيد السياسي والإعلامي داخليا وخارجيا في الميدان».
[color:464b=#006]الجزائر تايمز / الـمَهْـدِي الـكًًََــرَّاوِي
source OUJDA CITY

ouchen

Messages : 62
Points : 92
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/10/2010
Age : 47

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Syndicaus suspendus en Algerie

Message par ouchen le Dim 28 Nov - 3:04

À la suite de la suspension de 7 syndicalistes du SAP
69 paramédicaux en grève de la faim à l’hôpital de Collo



Par : Boukarine. A, Liberté, 24 novembre 2010
Les paramédicaux affiliés au syndicat algérien des paramédicaux, au nombre de 69 dont 10 femmes, ont mis leur menace à exécution. En effet, ils ont entamé, hier, une grève de la faim pour protester contre la mesure de suspension prononcée par la direction de l'EPH de Collo, à l’encontre de 7 syndicalistes.
Installés sur des cartons et du papier journal et munis de bouteilles d’eau avec du sucre, les grévistes ont élu domicile au niveau de la grande salle de réception de l’hôpital. Ils étaient unanimes à déclarer leur solidarité avec leurs représentants tout en maintenant leurs revendications socioprofessionnelles. Le directeur de l’EPH, M. Noureddine Laieb, que nous avons rencontré dans son bureau, a de son côté campé sur sa position en réitérant que le mouvement ainsi que les revendications des paramédicaux, sont illégaux.
Quant aux accusations portées à l’encontre des gestionnaires des œuvres sociales, notre interlocuteur dira qu’il veut des éléments prouvant leur culpabilité afin d’entamer une procédure judiciaire. S’agissant de la grève de la faim entamée par les paramédicaux, le directeur de l’hôpital se contentera de dire qu’il n’est pas au courant de ce mouvement

ouchen

Messages : 62
Points : 92
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/10/2010
Age : 47

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Algerie: le peuple denonce l'insecurité

Message par ouchen le Dim 28 Nov - 3:06

Marche populaire à Fréha pour dénoncer l’insécurité
L’avertissement de la population



Par : YAHIA ARKAT, Liberté, 23 novembre 2010
Plus de 4 000 personnes ont battu le pavé à Fréha. La rue a grondé contre le phénomène des kidnappings qui ciblent curieusement la seule Kabylie. Les marcheurs ont interpellé l’état sur son silence au sujet de la terreur qui règne dans la région.
L’image est saisissante : des jeunes déployant des banderoles sous une pluie battante offrent leurs parapluies aux personnes âgées à la tête de la manifestation. Celle-ci se voulait silencieuse en signe de deuil, suite au décès de l’entrepreneur Hend Slimana lors de la tentative d’enlèvement qui l’avait ciblé. Le geste des jeunes organisateurs renseigne sur leur détermination à barrer la route aux tenants de la terreur en Kabylie. Il est 10 heures tapantes. Fréha est déjà ville morte ; les commerces ont baissé rideau à l’appel de la cellule de crise née depuis le kidnapping d’Omar Slimana, 35 ans, libéré dimanche après sept jours de captivité.
Les animateurs de la cellule de crise organisent les carrés de la marche pacifique qui ne tardera pas à s’ébranler à partir du stade municipal. Plus de 4 000 personnes ont répondu présent. Outre les archs d’Aït Jennad et d’Aït Ghobri, plusieurs délégations sont venues des quatre coins de la wilaya, voire au-delà. Des représentants de comités de village de Larbaâ Nath Irathen, Ouadhias, Iflissen, Tigzirt ont pris part à la marche.
Des parlementaires du RCD, le président de l’APW, Mahfoud Belabbas, des maires et des élus locaux étaient également présents. Des représentants du MAK aussi.
Un membre de la cellule de crise, organisatrice de la manifestation, exhorte à l’aide d’un mégaphone les citoyens à rejoindre la marche silencieuse. Ce qui fut fait. C’est ainsi que les rangs de la marche grossissaient au fur et à mesure. Plusieurs banderoles sont déployées, portant plusieurs slogans : “Halte aux kidnappings”, “Non à l’impunité”, “Halte à la dévitalisation de la Kabylie”, “Hend est toujours vivant”, etc. Mais l’un des mots d’ordre résume à lui seul toute la problématique de l’insécurité en Kabylie : “Où est l’état ?” C’est l’interrogation de la population devant ce phénomène des kidnappings qui ciblent curieusement la seule Kabylie. Pourquoi ? Empruntant les principales artères du centre-ville, la procession humaine continue pianissimo son bonhomme de chemin jusqu’au point de chute prévu devant le siège de la mairie de Fréha. Il est 10h40. Sur place, les maires de Fréha, Timizart et Aghribs ont pris la parole pour réitérer l’appel à la mobilisation, mais surtout la détermination de la population à faire face aux tenants de la terreur qui veulent dévitaliser la région déjà plongée dans le gouffre du sous-développement socioéconomique.
Messages politiques
“A qui profite le kidnapping, si ce n’est à ceux qui veulent déclarer une guerre économique contre la Kabylie ?”, fulmine un intervenant. “Aujourd’hui, nous avons cassé le mur de la peur. Basta ! Le pays ne se construit pas par la corruption et les kidnappings ; il se construit à coup de sacrifices comme avait su le faire Hend sa vie durant”, déclare Rabah Yermèche, maire d’Aghribs.
Après deux mots placés par le père de l’otage libéré et par le fils de l’entrepreneur mortellement blessé lors de la tentative d’enlèvement, le sénateur RCD, Mohand Ikherbane, n’est pas allé par trente-six chemins pour restituer la portée de l’action de protestation d’hier. Celle-ci visait, selon le parlementaire, un double message politique.
D’abord à l’endroit des tenants de la terreur qui veulent maintenir la région dans le sous-développement en mettant les entrepreneurs et autres investisseurs sous la pression des rapts récurrents.
Des kidnappings qui ne sont plus revendiqués, depuis un certain temps, faut-il le préciser, ni élucidés par des enquêtes approfondies.
à l’adresse des pouvoirs publics ensuite. Tout en dénonçant les premiers, M. Ikherbane n’a pas ménagé l’état accusé de “silence coupable, voire complice”. Un silence compris par l’orateur comme un désintérêt de l’état quant au sort de la Kabylie qui affronte seule la terreur des enlèvements. “Pourquoi c’est seulement en Kabylie ?”
L’interrogation du sénateur du RCD est lourde de sens. Pour ce dernier, la Kabylie, devant la démission de l’état, est décidée à prendre son destin en main. C’est pourquoi, “nous devons retrouver notre solidarité dans l’union”, comme pour répondre en écho à une banderole accrochée sur le fronton de la mairie et barrée par ce slogan évocateur : “Restons unis et solidaires.”

ouchen

Messages : 62
Points : 92
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/10/2010
Age : 47

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Violation des droits de l'homme en Algerie

Message par ouchen le Dim 28 Nov - 3:11

Algérie: Après une détention au secret de 26 jours, M. Abdellahoum réapparaît en prison



Alkarama, 15 Novembre 2010
M. Othmane Abdessamed Abdellahoum avait été enlevé le 16 octobre 2010 par des agents du Département du renseignement et de la sécurité (DRS) à Ain Al-Hadjel (wilaya de M'sila) et disparu. La famille a enfin pu lui rendre visite le 11 novembre 2010 à la prison de Bouira. Il portait les traces des tortures subies.
Alkarama avait adressé un appel urgent le 5 novembre 2010 au Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires, lui demandant d'intervenir auprès des autorités algériennes.
M. Othmane Abdessamed ABDELLAHOUM, âgé de 32 ans, marié et père de deux enfants, demeurant à Ain Al Hadjel, wilaya de Msila, avait été enlevé par plusieurs agents du Département du renseignement et de la sécurité (DRS) à la sortie de son domicile familial à Ain Al-Hadjel, wilaya de Msila le 16 octobre 2010 aux alentours de 19 heures.
Malgré toutes les démarches de sa famille, aucune des autorités sollicitées n’a reconnu l’arrestation et la détention de la victime ni n’a accepté d’ouvrir une enquête pénale comme la loi les y oblige en matière de crime d’enlèvement et de séquestration.
La famille de la victime a enfin été autorisée à rendre visite à M. Abdellahoum le 11 novembre 2010 dès qu’il a été transféré à la prison de Bouira. Ils ont pu apprendre et constater de visu qu'il avait fait l’objet de tortures dont il portait encore les traces.
M. Abdellahoum a confirmé qu’il avait été détenu à "Antar", un centre de détention secrète contrôlé par le DRS, situé à Hydra (Alger).
Force est donc de constater que M. Abdellahoum a été gardé à vue 26 jours soit bien au delà de la période légale de 12 jours, que sa détention n’a pas été reconnue par les autorités, qu'il n'avait aucun contact ni avec sa famille, ni avec un avocat et qu'il a subi des tortures.
Interpellé régulièrement par les organes de l'ONU sur la détention au secret, le gouvernement algérien continue de nier l'existence de centres contrôlés par le DRS échappant au contrôle de l'autorité judiciaire.

watch.org/fr/mrv/mrvdisp/abdellahoum_reapparait.htm

ouchen

Messages : 62
Points : 92
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/10/2010
Age : 47

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Algerie: incompatibilité de la charte avec le pacte international

Message par ouchen le Dim 28 Nov - 3:14

Le comité des droits de l’homme réaffirme l’incompatibilité de la charte avec le pacte international relatif aux droits civils et politiques



Constatations du Comité des droits de l’Homme relatives à la Communication Daouia Benaziza[1]
Examinée lors de la 99ème session du Comité des droits de l’Homme- 12-30 juillet 2010
Mme Benaziza Daouia, née Gat, a disparu en juin 1996, date à laquelle elle a été arrêtée chez elle par des agents de l’Etat. Elle était âgée de 68 ans. Depuis les autorités algériennes ont toujours nié jusqu’à son arrestation et sa famille n’a jamais pu obtenir la moindre information sur son sort. Face à l’inertie de la justice algérienne, le CFDA a présenté, au nom de la petite fille de Mme Benaziza, une communication au Comité des droits de l’Homme de l’ONU (le Comité) en mars 2007. Les constatations du Comité ont été publiées ce 30 août 2010.
Le CFDA se félicite de la décision du Comité qui réaffirme l’incompatibilité des textes d’applications de la Charte avec les dispositions du Pacte relatif aux droits civils et politiques[2] (le Pacte) et rappelle à l’Etat algérien son obligation de garantir un recours utile aux victimes de tous cas allégués de disparition.
En réaction aux dernières communications que le CFDA a présentées, le gouvernement algérien tente de se soustraire à la compétence du Comité en avançant que le problème des disparus a été résolu au niveau national par l’application de la Charte. Or, s’appuyant sur sa jurisprudence et ses observations finales de 2007[3], le Comité, rappelle à l’Etat algérien qu’il ne peut se prévaloir, devant lui, des textes de la Charte. En effet depuis 2006, le Comité a toujours affirmé que l’ordonnance 06-01, portant mise en œuvre de la charte pour la paix et la réconciliation nationale, ne peut être qu’incompatible avec les dispositions du Pacte dans la mesure où elle semble promouvoir l’impunité, notamment de par son article 45 qui déclare irrecevable toute plainte déposée contre des agents de l’Etat.
Le Comité insiste également sur le fait que, pour des infractions aussi graves que celles alléguées en cas de disparition forcée, le Procureur de la république est tenu d’engager lui-même des poursuites contre les auteurs présumés. L’Etat algérien a le « devoir de mener des enquêtes approfondies sur les violations supposées des droits de l’Homme, en particulier lorsqu’il s’agit de disparitions forcées […] mais aussi d’engager des poursuites pénales contre quiconque est présumé responsable de ces violations [...]».
Enfin, le Comité considère que Mme Benaziza est victime d’une violation de l’article 7- interdiction de la torture-, de l’article 9- droit à liberté et à la sécurité de sa personne- et de l’article 16- droit à la reconnaissance de sa personnalité juridique-, du Pacte. Le Comité reconnait par ailleurs que la famille de Mme Benaziza, y compris ses fils, sont eux aussi victimes de l’article 7 du Pacte du fait de « l’angoisse et de la détresse que la disparition de [Mme Benaziza] depuis le 2 juin 1996 a causé à toute se famille proche [...] ».
Le Comité rappelle à l’Etat algérien qu’il est tenu de lui communiquer dans un délai de 180 jours les mesures qu’il aura prises pour mettre en œuvre les constatations relatives à la communication Benaziza.

Paris, le 16/09/10
Nassera Dutour,
Porte-parole du CFDA
[1] CCPR/C/99/D/1588/2007- en pièce jointe
[2] http://www2.ohchr.org/french/law/ccpr.htm-
[3] CCPR/C/DZA/CO/3§7_ http://daccess-dds-
ny.un.org/doc/UNDOC/GEN/G07/457/75/PDF/G0745775.pdf?OpenElement

--
Collectif des familles de Disparus en Algérie (CFDA)
148 rue du Faubourg St Denis
75010 Paris
00330 (0)1 43 44 87 82
www.algerie-disparus.org

ouchen

Messages : 62
Points : 92
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/10/2010
Age : 47

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Algerie: crime contre les peuples

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum